Améliorez vos portraits – La composition des portraits photographiques

Améliorez vos portraits – La composition des portraits photographiques (2)

22 février 2014-171506

Cet article est le deuxième de la série commencée la semaine dernière, et que vous pourrez retrouver toutes les semaines, ayant pour but de vous aider à faire de meilleures photos. Le thème que je vais développer est un thème qui m’est cher : le portrait. Souvent vu, à tort, comme un exercice facile, ces quelques trucs vont vous aider pour améliorer votre pratique du portrait photo.

Tous les trucs et astuces donnés sont destinés aux débutants. Comme toutes les règles elles ne sont valables qu’un temps, et en améliorant votre pratique, vous comprendrez les raisons qui sous-tendent ces règles. Une fois cet apprentissage technique et formaliste dépassé, j’espère que vous prendrez beaucoup de plaisir à aller au-delà, et que vous ferez de très grandes photos !

Mais procédons par étapes. Avant de réussir de grandes photos, voici quelques trucs pour réaliser, à coup sûr, de bonnes photos.

La règle des tiers dans les portraits.

Pour vous aider à mieux composer, la grande majorité des appareils photos,  dans leurs menus, proposent le quadrillage en tiers. C’est un très grand outil, dont vous auriez tort de vous passer. Activez-le une fois pour toute, et n’ayez pas peur de vous en servir pour réaliser de meilleurs photos.

La règle des tiers est très efficace en termes de composition d’image. Ce n’est pas la seule, toutefois, mais les autres règles (composition par les proportions du ou des sujets, composition par le nombre d’or, composition grâce à la suite de Fibonacci, etc.) sont des règles moins évidentes, autant à appréhender qu’à mettre en œuvre.

Souvenez vous que votre premier jugement sur une image est le bon. Savoir si une image est bonne saute aux yeux, et un deuxième avis sur l’image n’y changera rien. Prenez, fort de cette instruction, un peu plus de temps pour bien composer votre image. Revenir sur une image mal composée ne changera pas grand-chose au résultat, si ce n’est d’avoir perdu du temps (souvent plus que de réaliser une bonne composition dès la prise de vue). Avec la pratique, cette composition vient de plus en plus naturellement, quasiment instinctive pour les photographes les plus expérimentés.

Les points de force

L’utilisation de la règle des tiers est souvent utilisée en photographie. C’est une règle assez facile à comprendre. Il faut diviser l’écran en 3 parties égales horizontalement et en 3 parties verticales. Vous obtenez neuf rectangles.

Gardez à l’esprit le rectangle du centre. Visualisez les quatre coins du rectangle central (les croisements des lignes de tiers). Ce sont vos « points de force ». Dans l’image ci-dessus, je vous les ai entourés en rouge.

Vos points de forces attirent l’œil du spectateur, et équilibrent votre image. Les éléments importants de votre portrait doivent passer par ces points. Notamment votre point de focus. Celui-ci doit passer par un, au moins, des quatre points de force de l’image. Évitez que ces quatre points ne soient perdus dans le bokeh (le flou de l’image), ou ne pointent sur un détail peu pertinent du portrait. Celui-ci serait anormalement mis en valeur et fera que le spectateur passe à coté de votre image.

Un des éléments clés d’un portrait réside souvent dans les yeux de votre modèle. Attention, selon les modèles, et les spectateurs, ce point peut varier. Lors de votre composition, faire passer les yeux de votre modèle par un point de force assure un équilibre à votre portrait et lui apporte une grande lisibilité.

Lorsque vous faites converger un point de force et un élément fort de votre portrait, assurez-vous que votre profondeur de champs soit suffisante et adaptée (nous en reparlerons dans un prochain article). Dans le cas des yeux placés sur un point de force, ce point de force doit être net.

De manière générale, les yeux, dans un portrait, doivent toujours être nets. Un petit mot sur la netteté :  pour un homme la profondeur de champs peut être plus réduite que pour une femme. Ce qui est compensé par l’utilisation d’un cadre plus large pour les femmes que pour les hommes.

Toutefois, il faut veiller à ne pas « charger » vos points de forces. Il faut laisser respirer votre image. Il faut éviter d’avoir trop de choses à regarder dans votre image. Un (ou deux) point de force utilisé est en général largement suffisant. Dans l’optique également de laisser respirer votre image, laissez du « vide » dans votre portrait.

Ce « vide » va être rempli par votre décor. Celui ci va créer un contraste de teinte, de couleur ; pour les décors plus travaillés, celui-ci va inscrire votre modèle dans une histoire –  rappelez-vous de mon article la semaine dernière, je parlais d’un « cadrage pertinent ». Le fait d’inscrire votre modèle avec un objet ou un décor va créer une relation entre les deux, et pour les portraits les plus réussis, une histoire.

Au vu des contraintes énoncées, vous appréhenderez votre cadrage d’une autre manière avec le quadrillage en tiers et les points de force qui en découlent. Ce sont ces points de forces qui vont « guider » votre cadrage. Encore une fois, et comme je le disais la semaine dernière, n’hésitez pas -vous, le photographe- à bouger, évoluer autour du modèle pour trouver le bon cadrage.

La semaine prochaine: Correctement gérer l’exposition de l’image dans un portrait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.